CATEGORIES

samedi 8 novembre 2014

PHOTOS NOSTALGIE : EN MÉMOIRE DU PASSE

Ces pages sont consacrés à la mémoire des temps anciens. Une époque où les anciens ne vivaient pas au crochet de la société ou aux dépens de ceux qui bossaient.
Un peuple qui travaillait durement pour gagner son pain quotidien. Des Français comme les étrangers qui ne comptaient que sur eux-mêmes pour construire leur vie, souvent à la sueur de leur front et qui avaient le sens de l'honneur et le respect d'autrui et de la patrie.
Un pays qui n'avait rien de rose, où l'on bossait dés l'âge de 8 ans pour survivre et nourrir sa famille en difficulté. Une époque où l'on envoyé des personnes qui avaient volé de la nourriture au bagne pour des années et souvent à vie pour tout et rien.Par ailleurs la France était un pays puritain, aventurier, novateur, inventif et créateur. Un esprit qui peu à peu s'est sclérosé, les petits génies préférant s'expatrier à l'étranger pour briller plus et gagner plus.
C'était le temps, où l'assistanat n'existait pas, où les Français devaient s'assumer à part entière. Aujourd'hui, cet assistanat tout azimut est devenu la gangrène du pays . Jadis, il n'y avait ni sécurité sociale, ni allocations en tous genres, ni assedic, ni assurance, ni caisse de retraite, ni télévision, ni téléphone encore moins portable dans tous les foyers,...Une époque où il était inconcevable d'entretenir des gens à ne rien faire en échange d'une aide financière ou alimentaire quelconque.Tout se méritait !
C'était le temps où les anciens appréciaient le progrès à sa juste valeur et où l'on comptait le moindre sou. Aujourd'hui, on est dans la surconsommation plus souvent inutile que vitale ; des adeptes au gaspillage outrancier.
Jadis, la parole d'honneur était sacrée et y manquer était très mal vu et la confiance rompu. Les anciens convenaient d'un marché, juste en donnant leur parole et une poignée de main et gare à celui ou celle qui rompait le pacte.
On a peut-être gagné une certaine forme de confort, mais on le paie cher pour avoir perdu le sens des valeurs et notre honneur en acceptant tout sans broncher et en ouvrant notre pays au quatre vents acceptant d'être pillé par des étrangers qui voient en notre générosité une aubaine pour entretenir une famille restée au pays sur le dos d'une société qui ne réfléchit pas plus loin que son nez.
Cette page mémoire est une pensée pour nos anciens qui seraient certainement désabusés face à notre situation actuelle, aux abus devenus récurrents et aux extrêmes judiciaires, pratiqués par une justice qui devenue laxiste, aujourd'hui, relâche les criminels sans que cela ne la scandalise. Nous sommes loin de Cayenne mais on est certainement proche du gouffre !. C'est ce qui arrive toujours, lorsque l'on oublie l'histoire.Les extrêmes sont dévastateurs, trop de mal tue, mais trop de bien aussi !. Aujourd'hui, on donne et peu importe si tu le mérites, peu importe que tu sois bienfaisant ou malfaisant. peu importe que tu dépouilles ton prochain, l'insulte,...Qu'importe, la France donne au premier venu !

Et comme le disait les miens, '' à vouloir tout défaire, à tort et à travers, un jour, ils le paieront chers et nul ne pourra plus rien y faire !''