CATEGORIES

jeudi 10 juillet 2014

L'ART NAIF . UN ART A AIMER, ET UNE TECHNIQUE QUI DEMANDE UNE CERTAINE MAITRISE DU DESSIN ET DES COULEURS



L’Art Naïf est appelé par certains ''Art Primitif Moderne'', par d’autres ''Art des peintres du dimanche'',…
Il est certain que le mot ''naïf'' pourrait être mal perçu. Les dictionnaires eux-mêmes définissent le mot ''naïf – naïveté'', dans un sens qui peut paraître péjoratif : candide, ingénu, confiant et simple !
Il faut comprendre l’appellation ''Naïf'' dans l’art, comme la définition d’un manque d’expérience dans une technique de la peinture, du dessin, de la sculpture. Le Vrai Naïf étant nécessairement un autodidacte, n’ayant jamais appris avec des maîtres ou dans des écoles.
Les artistes se considèrent en général d’expression naïve ou marginale et pourtant ces arts sont authentiques et sincères. Ensuite que l'on aime ou non est une simple question de goût et d'émotion. On craque ou on ne craque pas, pour ma part j'adore la peinture naïve et j'ai mes chouchous et mes coups de cœur.

Le terme "naïf" a été employé pour la première fois a la fin du XIXe siècle, pour qualifier les jungles exotiques aux luxuriantes végétations du Douanier Rousseau et, par la suite, pour décrire les plages, les palmiers et les Tahitiennes de Paul Gauguin. La première exposition d'art naïf a été organisée à Paris en 1928 par Wilhelm Uhde. Elle réunit les oeuvres de cinq peintres dits "du Coeur Sacré" : Le Douanier Rousseau, Louis Vivin, Séraphine de Senlis, André Bauchant et Camille Bombais. A la même époque, le mouvement naïf a commencé de se développer aux Etats-Unis, en ex- Yougoslavie et à Haïti. Depuis, cet art ne cesse de s'étendre à travers le monde. il n'est aujourd'hui plus considéré comme un genre mineur mais comme un art authentique.

Les artistes dits naïfs sont pour la plupart autodidactes, et issus de milieux modestes. Ils choisissent souvent de rester dans l'anonymat, bien que quelques-uns aient connu la notoriété. Leurs tableaux sont des produits de l'instinctif, de l'empirique et du spontané, reflétant leur sensibilité propre. Ils refusent de se conformer à une théorie artistique, et ne se réclament d'aucune influence.
Les oeuvres naïves sont marquées par une innocence et une sincérité du regard. Les couleurs éclatantes, l'aplatissement de la perspective et souvent une "maladresse" du trait évoquent, pour certains, le dessin enfantin. Mais l'art naïf, sous sa désinvolture, cache des conventions techniques et optiques très élaborées, une stylisation et une volonté de structuration et d'harmonie visuelle dont l'enfant ne s'embarrasse guère.
Certains préjugés ont assimilé longtemps cette école à l'insuffisance technique, créant l'idée que la maladresse est à l'origine du genre. En réalité, le genre s'accommodant de la maladresse et la simplification est aussi un moyen de dépassement pour les artistes qui s'en servent pour imprégner leurs créations d'un pouvoir signifiant. 
Ces peintures sont très appréciées également des enfants. 































FIN DE LA PREMIERE PAGE. A SUIVRE