CATEGORIES

jeudi 12 juin 2014

Ô, DOUCE FRANCE, QUEL SERA DEMAIN TON DESTIN



La France a désormais peur de son ombre.
Si, jadis blessée à mort, après être agressée,
Elle s'est, fièrement, active, toujours relevée,
Aujourd'hui engourdie, de nouveau elle sombre.
Dans une torpeur devenue profonde.
Dépression, exaspération, désociabilisation,
Tel est du peuple souverain, contrarié, sa situation.
Révolte 68, cette carte sera t-elle rejouée ?
Je ne le crois, car le mal aggravé, s'est enraciné.

Aucune thérapie, aucun vaccin ne peut l'enrayer.
Le poison, privé d'antidote, se diffuse lentement,
Aux quatre coins d'Orient et d'Occident.
Corruption, malversation, déconstruction,
Dépravation, violation, sanction, condamnation
Engendrent désapprobation en violente opposition.

Ô douce France, tu as perdu tes valeurs d'antan,
Ton cap, tes stratégies et ta toute puissance,
Par la faute d'hommes doués d'inconscience,
Qui, aveuglés ont euthanasiée ta croissance.

Crise, impopularité, division et implosion,
Des mots clefs qui bercent la population,
Au risque que le dernier maux soit explosion.
A cause d'une fiscalité meurtrière et insensée,
Douce France, ils t'ont crucifiée,
Chômage et misère fustigés,
Deux clous pour mieux t'enfoncer.

France, désormais marginalisée et déclassée,
    Douce dame, jadis tant aimée, à présent maltraitée,
Surendettée jusqu'à l'étouffement,
Et offensée jusqu'à l'écoeurement,
Tu traverses une décennie vide de dessein,
T'interrogeant sur ce que sera demain ton destin.

Qui, en 2017, du naufrage te sauvera,
Qui, dis moi, le sage visionnaire t'élèvera,
Jusqu'au sommet qui fut autrefois le tien ?
Quel sera l'Homme exemplaire, l'Homme de bien,
Qui te rendra ta couronne, et les honneurs,
Pour une fois encore, briller avant que je meurs.

Saurons nous, peuple désabusé, bafoué et ignoré,
Prendre notre mal en patience, déjà si éprouvée,
Pour de nouveau croire en l'Homme avisé,
Dévêtu d'orgueil, de vanité et de cupidité.
Homme au charisme souverain et au verbe parfait.

Pouvons nous croire, qu'il ne violera jamais,
Nos espoirs et nos exigences programmées,
Au nom de la diversité et autres stupidités.
Oserons nous croire que ce génie saura gouverner,
Un peuple désappointé sans brader son identité.

Quel recours à ce jour, nous reste t-il vraiment,
De Gaulle ?, il n'est plus, malheureusement.
Alors, quel sera le champion, le héros de demain,
Un Valls, un Baroin ou un autre clampin,
Mégalo avide de pouvoir absolu, de strass et de festins.

Dîtes moi, qui sauvera notre mère patrie, notre nation,
Une Marine mutine, un Juppé prudent ou un Fillon ?
Que l'un de ces vétérans doués d'expérience,
Prouve aux citoyens ses talents d'ici trois ans,
Alors, peut-être, que les Français récalcitrants
Se montreront moins vindicatifs, plus cléments.

Auteure : Jessie