CATEGORIES

vendredi 19 avril 2013

LES EGYPTIENS ET LE NAVIRE SOLAIRE



Il y a plus de 5000 ans, les Égyptiens savaient déjà assembler parfaitement des coques de navires en bois.
Il fut découvert un lot de 14 navires anciens en bois de cédar,  à Abydos construits avec des planches en bois avec des chevilles ou  cousues ensemble par des sangles tissées, afin de les lier, ainsi que du papyrus et de la poix  pour colmater les jointures .
Ils furent tous découverts près du tombeau du pharaon Khâsekhemoui. Mais l’un d'entre eux, a plus de 5000 ans, et les jarres enterrées avec les vaisseaux sont bien plus anciennes, 5500 ans environ.
Ce navire qui a aujourd'hui, plus de 5500 ans, mesure 33 mètres de long, et aurait appartenu à un ancien pharaon, du nom d' Hor-Aha.

Les Égyptiens savaient comment assembler des planches de bois avec des chevilles , en utilisant de la poix pour colmater les jointures.
La barque solaire de Khéops, un navire de 43,6 mètres scellé dans une fosse du complexe funéraire de Khéops au pied de la grande pyramide de Gizeh, lors de la IVème dynastie vieux de plus de 4500 ans, est le seul exemple grandeur nature de la barque dite "solaire".

Les anciens Égyptiens savaient aussi comment attacher les planches de ce navire grâce à des tenons. En dépit de leur capacité à construire des navires entièrement à voile pour naviguer sur le Nil, ils n'étaient pas connus pour être des marins chevronnés.
Ils ne rêvaient pas de conquêtes lointaines et à quoi bon aller chercher ailleurs, ce que d'autres pouvaient leur apporter, leur livret ou venir chercher. Les Phéniciens ont souvent commerçait pour et avec l'Egypte. Des navires en provenance de Mojo-daro remontait la mer rouge afin de commerçait avec l'Egypte et l'Ethiopie.
Par ailleurs, ils avaient tout ce qu'ils voulaient sous la main ou dans les pays voisins. Et pourquoi, aller chercher par mer ce qu'ils pouvaient aller quérir par voie de terre ?!.

Le bateau solaire servait à conduire le Pharaon dans sa dernière demeure et pendant ce même  voyage l'âme rejoignait sa demeure originelle sur sa barque virtuelle ou invisible. Il était certainement employé pour de grande cérémonie.