CATEGORIES

vendredi 19 avril 2013

L'EGYPTE ANCIENNE : SON FONCTIONNEMENT ET L'ESCLAVAGE



Il est évident que l'Egypte ancienne a plus de 5200 ans, mais l'unification des deux pays, Basse et Haute Egypte été réalisée il y a 5200 ans.
Les Hommes vivaient en Egypte depuis plus de 700.000 ans. Les premières traces de leur présence encore existantes, analysables et datables ont 6500 ans. Les traces antérieurs ont disparues suite aux multiples inondations, destructions humaines ou, totalement ensevelies au fil des  millénaires.



LES PAYSANS EGYPTIENS
La classe paysanne est très importante, de part le nombre d'Egyptiens, mais pour être surtout à l'origine de la richesse du pays. Les paysans ne travaillant pas, suite aux inondation entre Août et Octobre, sont alors employés pour la construction de temples, palais, tombeaux et certaines pyramides (les deux plus grandes pyramides Kéops et Kéfren posant toujours  des interrogations ).
Ils sont généralement très bien traités et dispensés d'impôts en guise de salaire. Ils sont habillés et nourrit copieusement pour tenir le coup et les outils leur sont fournis.
En Octobre, lors de la deuxième saison, ils commencent à labourer les champs et à semer le grain. Ils réparent aussi les digues et les canaux d'irrigation que la crue a endommagé.

En Avril-Mai débute la troisième saison, celle des récoltes. Les terres cultivées appartiennent à l'état ou à quelques rares grands propriétaires qui emploient des saisonniers.
Tous les ans les scribes perçoivent les impôts sous forme de céréales qui sont en partis stockés en prévision de famines. Les paysans vivent dans des maisons construites en briques crues, le toit est en boue et en roseaux, comme les maisons berbères construites encore de nos jours, dans le sud du Maroc.
Les habitations sont composées de trois, quatre pièces ou cinq pièces selon l'importance de la famille et jalonnent les bords du Nil, non loin des champs. Ce qui leur vaut bien souvent d'être emportées par de violentes crues.
Les ouvriers agricoles lorsqu'ils étaient sur les chantiers colossaux rentraient chez eux en fin de semaine. Et leurs épouses étaient pendant leur absence,secondées par une aide de l'état qui lui octroyait une servante.

LES ARTISANS
Les artisans étaient très respectés et convenablement entretenus : nourris et logés. La plupart d'entre eux travaillaient pour le Roi, dans les tombeaux funéraires, les temples ou les palais. Certains nobles possédaient même des ateliers artisanaux.
Ils ne sont pas rémunérés, mais recevaient en échange des produits alimentaires en quantité suffisante : fruits, viandes, céréales, et du vin lors des fêtes.
Lorsqu'ils travaillaient sur un tombeau dans la vallée des Rois, ils habitaient dans un village à proximité : tailleurs et sculpteurs de pierre . Ainsi que les menuisiers - ébénistes qui fournissaient poutres, meubles, statues en bois précieux comme le cédre du Liban.
Parmi les artisans on rencontrait les bijoutiers qui travaillaient les pierres semi-précieuses, les potiers qui réalisent des poteries, et toute la vaisselle, puis les verriers qui fabriquaient des récipients en verre, des amulettes, et enfin les joailliers et les orfèvres qui travaillaient le cuivre, le bronze, l'argent et l'or. Leurs oeuvres d'art étaient souvent splendides pour être superbement ouvragées.

L' ARMEE
Celle-ci était composée de cinq divisions de 5000 hommes chacune et le général en chef était le pharaon ou son fils
Le statut des soldats changeait selon l'histoire de l'Egypte ancienne, ils étaient parfois professionnels ou simples citoyens inexpérimentés. Ils étaient répartis en plusieurs unités de taille réduite. Les premières armées ne sont constituées que de quelques unités professionnelles en charge de la protection du souverain, des chantiers royaux et des grands axes de communication. Le reste de l'armée était composée de paysans engagés selon les besoins.

C'est au Moyen Empire sous la XIIème dynastie que la première armée de soldats de métier se forme. Elle est alors formée de plusieurs divisions portant chacune le nom d'un dieu égyptien, comme Amon, Rê ou Seth. Chaque division est composée de chars en première ligne et de fantassins qui restent à l'arrière.
Le char n'était pas une invention égyptienne, mais des Hyksos. Les Egyptiens conscients de la supériorité de l'ennemi, adoptent ce moyen de transport et l'adapte au désert et à leurs arcs.
Chaque char était conduit par deux hommes, l'un était un archer protégé par une armure d'écailles de bronze et un casque, l'autre était le conducteur protégé par un simple bouclier en bois. Les chevaux étaient également très protégés des tirs d'archers ennemis. ILs portaient un caparaçon fait d'écailles de bronze, qui couvre le dos et les flancs de l'animal.

LES FANTASSINS
Les fantassins marchaient pieds nus et portaient un pagne droit et court. Ils se protègaient qu'avec un bouclier de bois. Ils étaient armés soit de javelots, d'arcs ou encore de poignards. A cette armée s'ajoutaient des mercenaires qui étaient des volontaires ou le plus souvent issus de peuples soumis lors des conquêtes. Ces mercenaires étaient mieux payés les militaires du pharaon, ils étaient mieux organisés en régiments autonomes sous l'autorité d'un des leurs.
Un vieux concept qui se pratique encore aujourd'hui.

LA MARINE
La Marine devient peu à peu une marine de guerre afin de faire face dans un premiers temps aux envahisseurs Phéniciens. Cette nouvelle marine se composait de navires dirigés par de vrais marins qui se chargeaient de gouverner les navires et sur lesquels sont embarqués une trentaine de soldats. Ils attaquaient les navires ennemis avec arcs et flèches ou des frondes.

L'ESCLAVAGE
Pour l'Egyptien l'esclave n'existait pas, c'était un homme vaincu devenu un prisonnier au service du vainqueur.
La plupart d'entre eux, étaient d'origine étrangère, dont la majorité étaient donnés au pharaon par les pays conquis en guise de soumission et pour payer leurs dettes de guerre, selon les règles militaires de l'époque que l'on retrouve dans toute l'Afrique, encore de nos jours. D'autres furent prisonniers, lors de campagnes militaires.

Le pharaon les offraient sous réserve, à des familles Egyptiennes, qu'il souhaitait récompenser.
Les plus endurants et combatifs étaient incorporés dans l'armée, quant d'autres étaient employés dans les carrières, les mines ou sur les chantiers de construction.
Les femmes étaient employées comme domestiques ou servantes dans les familles Egyptiennes, ou travaillaient dans les temples ou au Palais.
Des marchands Syriens vendaient également leurs esclaves dans toutes les grandes villes d'Egypte, prisonniers, ou remis en guise de soumission. Des Egyptiens endettés se vendaient eux-mêmes à l'occasion, pour rembourser une dette impayée. Cette pratique perdure toujours en Afrique. Ils accomplissaient un travail gratuitement, jusqu'au règlement de la dette.


LES ESCLAVES AVAIENT DES DROITS
Les esclaves étaient la propriété de leurs maîtres, qui les louaient, les revendaient, les léguaient à leurs successeurs, mais bien souvent, ils les affranchissaient.
Par contre, il était interdit de tuer, de frapper,de maltraiter, ou de blesser un esclave. Les peines encourus étaient très importantes et lourdes pour celui ou celle qui violait cette loi.
Les esclaves avaient des droits, ils pouvaient épouser une femme libre, posséder des domaines, et vendre une propriété, et témoigner dans un procès.
Il recevait généralement un nom égyptien, lors de son achat, et une fois affranchi, il était parfaitement intégré dans la société.