CATEGORIES

jeudi 18 octobre 2012

LES MANDALAS TIBETAINS SONT UN HYMNE A LA CREATION



Il y a quelques années, dans un ashram, j'ai pu assister à la création d'un mandala tibétain. Je fus séduite certes, par sa beauté, mais surtout par le talent que ces moines déployaient et, qui me fascinait. Plongés dans un silence total, ils créaient, en toute simplicité la PERFECTION.
La création d'un mandala est un art tout simplement, yoguique et millénaire. Ces chef-d'oeuvres requièrent des talents qu'ils développent à l'occasion d'un long entrainement : patience, concentration, précision, rendant ainsi, la perfection folle de jalousie !.
Ces créations symbolisent aussi la bienveillance, la compassion, mais aussi la joie intérieure, l'effort, la volonté et le recueillement, parce qu'en effet, elles demandent toutes ces qualités, pour être réalisables.
Ces oeuvres de toute beauté, m'ont enseigné au moins deux choses : que la vie et la beauté sont éphémères : que rien ne dure, tout se transforme en permanence.
J'ai aussi appris que l'imagination était sans limite, et que face à de telles oeuvres, nous étions insignifiants et ce que nous faisions n'étaient en fait que de pales copies pour être un éternel recommencement.

DESSINE MOI UN MANDALA
Il faut se souvenir que le cercle existe depuis que le monde est monde, et cette figure fut exécutée par de nombreux peuples anciens, en maintes occasions. Le cercle a toujours symbolisé la protection, contre le mal ou les esprits mauvais ou malsains. En un mot, l'homme s'est toujours protégé de l'extérieur.
Le symbole du cercle est présent dans de nombreuses traditions culturelles de l'humanité : les rosaces dans les églises chrétiennes, le zodiaque astrologique, ... pour représenter des idées ou des significations sacrées.
Le cercle est un symbole puissant d'harmonie et d'équilibre que l'on retrouve partout dans la nature : les fleurs, l'atome, les cellules, et le système solaire.
Lorsque l'on observe l'univers, on découvre que toutes les créations furent élaborées à partir du cercle.

Le terme "mandala", au départ, n’est pas spécifique au bouddhisme et désigne, en sanskrit, le cercle ou le foyer, un centre de rayonnement, qui peut être un astre, un feu ou un maître spirituel ou monarque, ou encore une communauté qui bénéficie de cette influence... Le divinité ou l'esprit réside toujours au centre de la création en toute chose (homme, nature, animaux et minéraux). 
Il réside en son palais, c'est à dire dans un corps, une enveloppe.
Le mandala reflète donc, ce que nous sommes en vérité . Il reflète notre état d'esprit. Dessine moi un mandala et je te dirai qui tu es vraiment.

LE MANDALA ORIENTALE EST EN TROIS DIMENSIONS
Le mandala est originaire de l'Inde, mais on trouve aussi des représentations géométriques symboliques dans bien des cultures comme chez les Indiens d'Amérique (Navajos, Aztèques, Incas, etc...) ou chez les aborigènes d'Australie
Le mot "mandala" est une représentation géométrique et symbolique de l'univers dans le brahamanisme et le bouddhisme.
Le bouddhisme tantrique lui donnera une signification plus précise, plus élaborée, suite à de longues réflexions, et l’emploiera pour désigner un environnement de formes apparaissant en fonction d’un certain point de vue.
Ce point de vue peut être ordinaire, et le mandala représentera alors l’univers, tel qu’il est perçu par chacun des êtres du samsâra - l’ego se considérant comme le "centre de l’univers", c’est bien connu ! - ; ou bien le point de vue est "purifié" , et le centre n’est autre que celui de la sagesse transcendante. Le déploiement des formes, pures et lumineuses, est alors, celui du Dharmadhatu - l’espace de la réalité ultime, telle que les perçoivent les Bouddhas, ou les grands maîtres de sagesse...

Dans leur traduction du terme sanskrit, les Tibétains ont choisi deux termes : kyil-khor - kyil, le centre, l’essence, le contenu intérieur et, khor, le cercle, l’enclos.
Le mandala est alors considéré comme ce qui enchâsse ou protège de l'extérieur l’essence ou l’essentiel - généralement une divinité, représentant un aspect de la sagesse des Bouddhas, dont le mandala est le "domaine", au centre duquel s’élève son palais. Les Tibétains, ont enrichi ces cercles, en y concentrant, la connaissance en toutes choses.
Dans "mandala", il y a le mot "manda" qui signifie " écume" ; l’écume qui se forme à la surface de l’eau, symbolisant les phénomènes illusoires et éphémères du monde sensible, et la, l’extraction - le mandala est alors, ce qui extrait de l’essence des manifestations phénoménales.

LE MANDALA OCCIDENTALE EN DEUX DIMENSIONS
Le mandala est surtout connu en Occident pour ses représentations graphiques, le plus souvent peintes et en deux dimensions, dont les plus anciens exemples, datant du VIIIème siècle, ont été retrouvés dans les sanctuaires rupestres de Dunhuang, en Chine.
On peut les retrouver sous forme de fresques, de bannières (thangka) ou encore, plus éphémères, réalisés en sable coloré.

Mais ces représentations en deux dimensions font oublier que le mandala, normalement, doit être considéré en trois dimensions - sa représentation plane n’étant qu’un support de visualisation, un plan, au sens strict ! 

Les représentations en trois dimensions sont plutôt rares, car beaucoup plus complexes à réaliser, mais il en existe de superbes exemples, réalisés en orfèvrerie notamment, ou, plus impressionnantes encore, en architecture.

CARL GUSTAVE JUNG ET LE MANDALA
Le mandala est un art millénaire qui permet par le moyen d'un support graphique de méditer et de se concentrer afin d'exprimer sa propre nature et sa créativité.
Le mandala  permet à celui qui l'utilise de se réintégrer non seulement dans l'univers, mais aussi dans l'unité de la conscience absolue. C'est donc, un instrument de pensée. Grâce au bouddhisme,mais surtout à Carl Jung que l'on a découvert que cet art avait aussi un pouvoir de guérison sur l'esprit.

La création de mandala est désormais, un art thérapeutique.
Ses vertus thérapeutiques permettent de retrouver l'équilibre ( ou de se recentrer), la connaissance de soi, l'apaisement et le calme intérieur  (concentration et oubli des soucis) nécessaires pour vivre harmonieusement.
Il permet de développer également, la patience, la précision et la concentration , d'apprivoiser le silence, de lâcher prise, chez l'enfant et chez l'adulte. Le MANDALA devient un miroir qui permet à la personne d'exprimer plus aisément son vécu, ici maintenant. Il s'exprime dans un dessin circulaire, convergeant vers un centre porteur d'infini. Dans la tradition orientale, le cercle représente le ''Divin'' ou l'esprit intérieur, mais aussi, sa manifestation, sa création. 
Le cercle est le symbole de la vie: naissance, maturité, mort et renaissance. 
Notre oeil est un MANDALA, qui nous permet de percevoir les choses de façon circulaire et porte notre regard en un point central. Quand nous regardons les choses intensément de façon pleinement consciente, ne touchons-nous pas à leur dimension infinie?
C'est Carl Gustave Jung qui fut le premier a introduire le MANDALA en psychologie. Il en fit l'expérience au cours de sa propre quête intérieure. Il définit le MANDALA comme le symbole du ''SOI''.

'' Chaque matin, je dessinais une petite figure circulaire, un MANDALA, qui semblait correspondre à mon état intérieur du moment. Je n'ai découvert que petit à petit ce qu'était réellement le MANDALA: le SOI, l'intégrité de la personnalité laquelle, quand tout va bien, est harmonieuse.'' (Jung).
L'histoire ne nous dit pas s'il connaissait déjà, cet art ancien de près ou de loin. Une chose est certaine, on ne peut découvrir, ce qui existe déjà !. L'on ne fait que redécouvrir, ce qui a déjà existé.

LES INDIENS NAVAJOS
Il faut savoir que les Indiens Navajos ( navaros) viennent d'Asie. Ce qui explique cette connaissance millénaire.
Lorsqu'on demande à un guérisseur Navajo (indiens d'amérique) de venir en aide à une personne malade, il effectue des rites, pour restaurer l'équilibre naturel. Il aplanit une surface circulaire sur le sol, puis crée un MANDALA avec du sable de couleur, tout comme les bouddhistes Thibétains, mais bien moins élaborés.

La composition picturale ainsi réalisée répond à un modèle traditionnel particulier, choisi par le guérisseur pour les besoins spécifiques de la situation.
Le malade est ensuite placé au centre du MANDALA. L'ordre du dessin est sensé rétablir l'harmonie et sollicite le secours des "Dieux", ou des entités désincarnées qui ont atteint un haut niveau spirituel ou qui ont des dons de guérisseur, pour rendre la santé au malade.
Pour moi,créer un MANDALA , c'est ce qui me permet de me détendre, de me recentrer. J'oublie mes soucis, je m'évade, je voyage, je perds la notion du temps et, je retrouve ainsi un sentiment de paix, je rétablis mon équilibre et relativise ce qui doit l'être . Si vous êtes énervé, angoissé, dessinez, coloriez ou peignez un mandala et votre mal être se dissipera comme par enchantement. Mieux vaut se détendre et créer, que s'en prendre ou de se défouler sur son entourage, vous avez tout à y gagner et les vôtres aussi !

DES MANDALAS PRÊT A L'EMPLOI EXISTENT
Des mandalas prêt-dessinés existent pour ceux qui ne savent pas dessiner ou qui manque d'imagination.
La pratique est simple, il suffit de remplir de couleurs les différents éléments géométriques.
Chacun choisit les couleurs en fonction de son état d'âme, peut faire des dégradés d'intensités, utiliser différentes matières (aquarelles, encres, crayons de couleurs... etc...).
Le coloriage du Mandala s'adresse à tous, enfants, adultes qu'ils sachent ou non dessiner. Une chose est sûr, le mandala combat, au moins, l'ennui, le désoeuvrement !. Et avec un peu d'entraînement, vous vous prendrez au jeu et vous développerez votre imagination. Et tant pis, si vous ne devenez pas des maîtres, se sera certainement, pour une prochaine vie !