CATEGORIES

jeudi 22 décembre 2011

L'ESCLAVAGE SÉVIT TOUJOURS , EN ORIENT COMME EN OCCIDENT COMME UNE TRISTE REALITE



Des milliers d'esclaves portant le titre de domestiques et d'employés de maison sont toujours d'actualité dans les pays arabes tel que le Liban, les Émirats du Golfe, mais également en Chine, en Afrique, en Amérique du Sud....

Aujourd’hui au Liban, les employés de maison, en majorité des femmes, constituent une part importante de la population des travailleurs migrants.
L'organisation internationale du Travail estime qu’environ 20 % de la population Libanaise sont des employés de maison.
Cette barbarie d'un autre âge est favorisée par l'absence totale d'État de droit. Ceux qui ont le pouvoir façonnent le droit avant tout , pour eux-mêmes. Chez les arabes, il est normal de violer le Coran, comme les droits de l'homme depuis des millénaires.

Cette main-d’œuvre bon marché vient d’Afrique en autre de Madagascar, d’Asie du Sud des Philippines,.... Le plus souvent asiatiques, ces victimes de l'esclavage moderne peuvent aussi venir des pays arabes eux-mêmes, à l'image des «petites bonnes» marocaines, ces centaines de milliers de femmes qu'on enlève très jeunes à leur famille et qui finissent exploitées le plus souvent sans salaire, quand elles ne sont pas violées puis répudiées parce qu'elles ont le malheur de tomber enceinte.
Ils ont migré en quête de travail et d'argent pour aider leurs familles en détresse restées au pays. Ils contribuent également aux revenus nationaux

Dans ces pays où la démocratie est un mot ambiguë et souvent de façade, les femmes étrangères sont doublement vulnérables en raison de leur sexe , de leur statut migratoire, de leur ignorance et de leur pauvreté.

LE COMMERCE D'ESCLAVES AU LIBAN
Ces femmes trahies, dépouillées de tous droits, sont maltraitées et enfermées comme des bêtes par des maîtres abjectes. Elles sont réveillées tous les jours à 5 h 30 et soumise à 18 heures d’un travail exténuant, sans avoir le droit de souffler ou de faire une pause de 10 mn.
Des esclaves moins considérées que les chiens de ces employeurs infâmes. Elles sont insultées, humiliées, battues et souvent nourri à moindre frais, pour ne pas dire également violées.

En arabe, le terme Abd désigne comme par le passé, une personne de peau noire, ou un esclave.
Ce mot qui jadis désignait les Africains est toujours d'actualité et désigne aussi les Sri-Lankais qui se font également piégés. Pour le peuple Libanais, aussi incroyable que cela soit, les migrants non arabes, d’Afrique ou d’Asie, sont physiquement considérés comme des êtres inférieurs, en raison de leur position de serviteur.
Quant on connaît l'histoire du Liban et de son brassage humain, on se demande bien ce que veut dire être arabe. Il y a encore des claques qui se perdent !!!. Par ailleurs, ils ont un comportement déplorable et ambiguë, quant ils rabaissent leurs employés au rang d'être inférieur, alors qu'ils ont besoin de leur aide pour pouvoir se la couler douce et en faire le moins possible !


DES MARCHANDS D'ESCLAVES ET DES TORTIONNAIRES
Ces travailleurs restent exclus de l’article 6 du code du travail libanais et sont souvent victimes d’abus, tant pas les employeurs, que par les agences trafiquantes d'esclaves.
L’absence de protection pour les travailleurs migrants - par leurs gouvernements et par les pays d’accueil - a incité les employées de maisons indépendants à se doter d'un certain nombre de réseaux informels, tout en improvisant des espaces communautaires pour celles qui cherchent refuge, après avoir fui le domicile de leur employeur tortionnaire.

Les agences trafiquantes d'esclaves qui se surnomment pompeusement de "recrutements", qui sévissent en Afrique et en Asie, trompent sans vergogne les futures employées de maison en leur vantant un travail agréable, pour un salaire confortable, qui leur permettra d'aider leurs familles, pour mieux culpabiliser ces pauvres filles ignorantes.
Mais une fois arrivée au Liban, elles déchantent rapidement , réalisant qu'elles ont été bernées et qu'elles ont signé pour leur malheur, un contrat de trois ans, pour vivre en enfer.
Certaines femmes en fin de contrat, refusent de prolonger leur enfer et devienne indépendantes, en croyant trouver de bonnes âmes qui se portent garant de leurs titres de travail. Mais voilà, les exploiteurs ont plusieurs visages. Et travailler en indépendante implique de traiter avec des Libanais qui, s’appuyant sur le fait qu’ils se portent garants, sont tentés d’abuser des employés, tout en les privant de la moitié de leur salaire. Des ordures qui s'imaginent avoir tous les droits et qui mériteraient d'être pendus haut et court,
à défaut de vivre le même traitement, pour ne pas avoir encore pigé, qu'il faut respecter son prochain et bien plus encore, celui ou celle qui se dévoue pour nettoyer la merde des personnes incapables de prendre soin eux-mêmes de leur foyer, entre autres.



POURQUOI VOULOIR ASSERVIR SON PROCHAIN.
De nombreuses femmes perdent le goût de vivre, deviennent dépressives et n'ont d'autre porte de sortie que le suicide.
A Azuniyeh, il existe un hôpital pour les migrantes, chez lesquelles on a diagnostiqué la tuberculose, pour avoir étaient exposées à tous les vents. La plupart de ces femmes ont été placées dans cet hôpital, par leur employeur qui s’en débarrasse comme de vulgaires objets, sans même les payer. Mais en leur rendant quand même leur passeport.

Parfois des employeurs, plus vicieux encore, remettent les passeports des employées aux agences qui les ont recruté. Ces escrocs indélicats, en retour, utilisent ces passeports, pour de nouveau, replacer ces femmes chez d'autres exploiteurs libanais .
Parfois, ce sont ces agences ignobles qui se débarrassent de ces pauvres femmes épuisées, rendues par les employeurs insatisfaits, comme de vulgaire marchandise inutile.

Une femme hospitalisée s'est confié, lors d'un interview " Mon employeur a donné mon passeport à l’agence et maintenant, ils me donnent deux semaines pour me remettre de la tuberculose. Ils disent que, je vais devoir me présenter à mon nouvel employeur  Pour être sûre que mon nouvel employeur ne saura rien de ma maladie, l’agence m’a dit que je ne pourrai pas continuer à prendre mes médicaments, dès que je serai chez lui. " : Décidément, la moitié de l'humanité est vraiment pourri ! Et j'espère qu'un jour, tous ces réseaux immondes, ces esclavagistes d'un autre temps, seront définitivement réduits au silence. Comment des humains peuvent asservir leurs frères alors, que cette tare, ce comportement déviant n'existe pas chez les animaux. D'où vient cette obsession de vouloir détruire ces semblables, de vouloir asservir son prochain ?

Il existe bien deux races d'hommes : y a ceux qui sont enchaînés aux ténèbres et ceux liés à la lumière.
Le problème, vient que la lumière ne peut s'abaisser à être ténébreuse, par contre les ténèbres s'efforcent de se faire passer pour la lumière. Malheureusement, en cherchant constamment à vouloir briller en violant les lois divines, comme les lois humaines. Ils n'ont toujours pas compris que tout ce qui brille n'est pas or.

En 2011 : on estime que , 750.000 personnes on été vendues : 70% furent destinées à l’esclavage sexuel , les autres sont destinés aux travaux domestiques et comme employées de maison. Cela ne va s'arranger avec la misère qui augmente, ce qui laisse aux esclavagistes de beaux jours devant eux : sauf si les capitalistes et les ripoux qui se prennent pour des seigneurs sont décapités !

SAVEZ VOUS COMBIEN D'ESCLAVES TRAVAILLENT POUR VOTRE CONFORT ?......................
Si, je vous dis que vous êtes des esclavagistes, tout aussi condamnables, vous sauterez d'indignation et pourtant, vous êtes bel et bien des esclavagistes, si vous n'achetez pas vos produits uniquement locaux .
Sur la planète, 27 millions de personnes travaillent sous la contrainte, sans être rémunérées (ou très peu), pour produire votre nourriture, vos vêtements ou vos équipements high-tech.
Moins vous achetez cher, et plus vous achetez des produits étrangers à votre pays, plus vous entretenez l'esclavagisme en Chine, en malaisie,....
Au détour du chapitre "Vêtements", on apprend par exemple que 1,4 million d'enfants Ouzbeks sont forcés de travailler dans les champs de coton.
Les Nord-Coréens travaillent dans les champs, gratuitement en Russie, pour payer une vieille dette de guerre.

Au rayon des bijoux, les diamants ne sont pas les seules pierres à faire couler du sang. Les rubis sont sans doute le deuxième produit d'exportation de la Birmanie, derrière le teck.
Or les mines, contrôlées par le gouvernement, exploitent des travailleurs dans des conditions inhumaines et pour des salaires de misère.
A la page des sports, on lit qu'en Chine, les confectionneurs de ballon de football travaillent jusqu'à 21 heures par jour.

IL EST DU DEVOIR DE CHACUN DE  CHANGER SES HABITUDES
Faites travailler vos peuples, développez vos propres économies et n'allez pas voir ailleurs, si vous pouvez avoir de la merde pour moins cher au détriment de la vie humaine de surcroît.
De plus vous éviterez d'engraisser des crapules et d'entretenir un système vicieux et abjecte.
Quant aux enfants avec ou sans les consommateurs étrangers, ils crèveront tout de même de faim. Je dirai mieux, sans la cupidité des uns et la futilité des autres, ils auront au moins, une chance de survivre.
Personnellement, je n'achètte pas étranger. Je prèfère avoir un vêtement de qualité, un peu plus cher, mais qui me durera plus longtemps.Et je n'entretiens pas des charognards, ni tue au labeur un enfant.

Ne fais pas aux autres, ce que tu n'accepterais pas que l'on te fasse.

CONTRAIREMENT AUX CROYANCES, RIEN N'A CHANGE
Jadis tout le monde, en Occident comme en Orient faisait du trafique d'esclaves,  tout le monde vendait nos semblables au plus offrant, pour que des imbéciles heureux satisfassent leurs idées de grandeur et leur orgueil.Et cela dura, jusqu'au 19ème siécles.
Au Maroc, les Gnawa sont une confrérie soufi . Il sont les descendants actuels d'esclaves noirs emmenés du Gahna, de Guinée ou du Sénégal, suite aux conquêtes arabes de la fin du XVIIème siécle. Il ne faut pas oublier que ce sont souvent leur propre peuple qui les vendait au plus offrant.
Jadis ils les enchainés pour les empêcher de s'enfuir, aujourd'hui, ils leurs volent leurs papiers d'identité et leurs passeports pour les empêcher de partir. La manière est toujours la même, seule la méthode a changée. Hier, cela se pratiquait à la vue de tous, aujourd'hui, ils se cachent aux yeux de tous. Mais rien à changé !

7 FORMES D'ESCLAVAGES SÉVISSENT DANS LE MONDE
La servitude pour dettes : 22 millions de personnes dans le monde. Comment en sont-elles devenues victimes ? -faute d'avoir l'argent nécessaire, pour acheter un médicament ou un tout autre bien . Elles doivent donc en emprunter. Pour le rembourser, elles seront contraintes à travailler de longues journées, sept jours par semaine, 365 jours par an.
En guise de rémunération , elles reçoivent gîte et couvert, mais quelquefois, elles n'arrivent pas à éponger leur dette, qui peut alors, être transmise aux générations suivantes.

Le travail forcé : Des personnes sont recrutées dans l'illégalité par des États, des partis politiques ou des particuliers, et forcées à travailler pour eux, généralement sous la menace de sévices ou d'autres punitions. Coréen du Nord pour la Russie,...

Le travail des enfants : Il s'agit d'enfants qui travaillent dans des situations dangereuses ou impliquant exploitation. Des dizaines de millions d'enfants dans le monde travaillent à plein temps, et sont donc privés d'éducation comme de loisirs, pourtant essentiels à leur épanouissement personnel et social.

L'exploitation sexuelle des enfants : Les enfants font l'objet d'une exploitation commerciale dans le cadre de prostitution, de trafic, de pornographie. Fréquemment, ils sont enlevés, achetés, forcés à se prostituer.

La traite : Le déplacement ou le commerce des êtres humains, généralement des femmes ou des enfants, à des fins commerciales, par la force ou la ruse. Ce sont souvent les femmes migrantes qui sont ainsi forcées à travailler comme employées de maison ou comme prostituées.

Le mariage précoce ou forcé : Des femmes ou des jeunes filles sont mariées sans leur consentement, et forcées à vivre en état de servitude, faisant souvent l'objet de sévices corporels et de viols.

L'esclavage traditionnel : Des personnes sont achetées et vendues. Elles sont souvent enlevées de leur foyer, peuvent être héritées ou données en cadeaux.

MIEUX VAUT ETRE PAUVRE AVEC LES MAINS PROPRES, QUE RICHES AVEC LES  MAINS SALES.

LES MOINS CHANCEUX  SONT LES PAUVRES AUX MAINS SALES, HELAS, ILS SONT TROP NOMBREUX.
LES PLUS CHANCEUX SONT LES RICHES AUX MAINS PROPRES, MAIS  HELAS, ILS SONT TROP RARES.

AYEZ UNE PENSEE A NOEL,  POUR  TOUS CES ENFANTS QUI TRIMENT DUREMENT POUR NOUS TOUS.
Car si des enfants sont méritants en ce triste monde, ce sont bien eux !