CATEGORIES

lundi 28 novembre 2011

LES PARANOIAQUES VIVENT PARMI NOUS



Lorsque que l'on a eu la "joie" d'avoir une mère atteinte de cette maladie, je vous garantie que l'on vacciné et que l'on très entraîné pour repérer de loin. Et lorsque les vois arriver, on détale en courant. Pour une personne qui déteste la jalousie, les paranos ne peut que lui hérisser le poil. Et en ce qui me concerne, il est hors de question qu'ils posent un pied dans ma vie, ils risquent de se faire mordre.
Le délire paranoïaque va s'installer progressivement vers 35- 45 ans chez un sujet ayant une personnalité paranoïaque.

La personnalité paranoïaque est un trouble de la personnalité répandu, plus fréquente chez l'homme et dans les couches sociales favorisées: comme quoi, les idiots de village ne viennent pas toujours de la campagne.
Les défauts paranoïaques : Hypo-sexualité, Rumine sans cesse, doute de tout, moraliste, perfectionniste, orgueil démesuré, scrupuleux, insatisfait, jalousie maladive, dépressive, Persécution hypocondriaque, froideur affective, rancunier, menaces, chantage, rigide et hyper émotif.

L'hypertrophie du moi : cette surestimation de soi-même est au centre de la personnalité paranoïaque. Elle entraîne la mégalomanie, un orgueil démesuré, le mépris des autres, la vanité parfois cachée derrière une fausse modestie superficielle. Ils sont convaincus d'être parfait contrairement, aux autres qui, à leurs yeux , sont imparfaits.Ce personnage est dépourvu d'autocritique. Il lui est tout aussi difficile de reconnaître ses tords, de remettre en cause son jugement ou son raisonnement.Le malade est d'une honnêteté scrupuleuse presque constante, mais un sens de l'honneur qui se traduit par des excès de susceptibilité.


La psychorigidité : le paranoïaque est incapable de se remettre en cause, de se plier à une discipline collective. Il a toujours raison et il est autoritaire. Cette inadaptation sociale fait, qu'il finit souvent par s'isoler et à privilégier les apprentissages autodidactes. Ainsi constitué, le paranoïaque manque de toute souplesse vitale, de toute sympathie psychologique. En réalité,il est incapable de se soumettre à une discipline collective, bien plus encore à un esprit de groupe, le paranoïaque est presque toujours 'outlaw' : écolier puni et honni, mauvais soldat, rejeté de partout.

La méfiance et la suspicion, souvent agressive :Le paranoïaque pense que les autres cherchent à le tromper car ils sont jaloux de sa supériorité. Par contre, si le conjoint est en retard, les remontrances sont légions :chaque regard, parole, retard du conjoint sera interprété comme un acte d'infidélité.


LES DÉLIRES DE REVENDICATION

Ils concernent les voisins, la famille, etc...La volonté de "faire éclater la vérité au grand jour" ou bien encore de punir les coupables est souvent associée à ces délires. Le malade s’immisce dans les affaires des enfants, se positionne en redresseur de tord, et à tendance à semer le désordre dans son entourage
Il va multiplier les procédures contre ses entrepreneurs, médecins, employeurs.
Dans la sinistrose : après un accident, il va réclamer une pension d'invalidité ou une augmentation de la rente. il va persécuter la sécurité sociale, les experts, l'éventuel responsable de l'accident, les avocats, les médecins...


La jalousie relève de la paranoïa, Or, le/la paranoïaque n’a, par définition, jamais tort ; s’il est persuadé que l'autre veut le/la tromper, rien ne pourra l’ébranler. A moins que sa souffrance, devenue trop forte et difficilement soutenable, ne l’incite à consulter. C’est alors au thérapeute de lui faire prendre conscience du degré pathologique de sa jalousie. Mais, hélas, cela ne marche pas souvent, car le ou la parano est convaincu que l'autre ne raconte que des idioties qui ne peut concerner que les imbéciles.





DÉLIRE ÉROTOMANIAQUE
Touche plus souvent la femme. Elle se croit, à tort, aimer par un tiers (souvent d'un rang social élevé). Le point de départ peut être un regard, une parole, etc.... mal interprété. Ensuite le délire va s'organiser. Elle aura l'illusion d'être courtisée . Où, rêve d'être aimée par une personne de haut rang

Le délire de persécution : Le parano est persuadé qu'un complot est dirigé contre lui ( on veux lui voler son héritage,..). Toute parole ou acte extérieur sera interprété en fonction de ce délire. Cela peut mener à des actes médico-légaux.
Paranoïa de Hypochondrical : cette sorte les patients croit qu'il souffre de tout le genre de maladies ridicules, et aussi que quelques autres certains doivent blâmer de sa douleur.
Le traitement :
  Il est difficile en dehors d'un placement en milieu psychiatrique, lorsque le malade devient dangereux.
En effet, le paranoïaque refuse tout traitement, car il ne sent pas malade mais, au mieux, seulement incompris.
Le fait de lui demander de se faire soigner est ressenti comme une agression, à un crime de lèse majesté : Seuls les neuroleptiques sont efficaces, couplés à une psychothérapie, quand c'est possible.

JALOUSIE ET PARANOS
Pour autant, aucun conjoint n’a les moyens d’aider le jaloux à sortir de son schéma obsessionnel. L’inquiétude de celui-ci demeure, incontrôlable, obsédante et, surtout, croissante : « On commence par lui jurer qu’on l’aime, qu’aucun autre ne peut nous attirer, mais ça ne suffit pas. Après avoir elle-même suivi une psychothérapie, ils finissent par divorcer , après avoir rompu avec leurs amis et par quitter leur travail, jusqu’au jour où la dépression prend le dessus
Quand la victime du jaloux finit,par ne plus voir personne, il arrive que le jaloux est jaloux des pensées de la victime : “Elle n’a pas l’air heureuse avec moi, elle pense forcément à un autre !” . Pour se débarrasser de ces mauvaises pensées – les spécialistes parlent de "distorsions cognitives" –, le jaloux doit d’abord comprendre ce qui se cache derrière celles-ci. C’est ce que certaines thérapies, et notamment la psychanalyse, s’attachent à révéler en s’intéressant au passé du jaloux.
« Le rapport à la mère étant un rapport amoureux que l’enfant ne veut pas partager, la jalousie amoureuse n’est jamais qu’une réminiscence de cette relation vécue dans l’enfance », explique Denise Lachaud, psychanalyste.

DÉPENDANCE AFFECTIVE
Pendant vingt ans, Léo Lederrey, journaliste médical et thérapeute, a été d’une jalousie féroce, jusqu’à ce qu’il décide de se tourner vers des spécialistes.
Après avoir suivi plusieurs stages de Gestalt-thérapie, de rebirthing et de bioénergie, il a pu sortir de son schéma obsessionnel : " J’ai pu comprendre d’où venait ma jalousie : j’ai été élevé par ma mère… Un jour, mon père a brutalement réapparu pour me “voler” l’affection de celle-ci."

Depuis, chaque homme qui s’approchait de trop près des femmes qu’il aimait prenait inconsciemment ce rôle de "voleur d’amour".
Il s'est imaginé être trahis par sa mère. Il a cru dur comme fer qu'elle le trompait, et ne l'aimait pas. C’est un traumatisme qui fait partie de son histoire, une cicatrice qui sera toujours présente. Mais parce que la thérapie lui a permis de l’identifier, elle ne le fait plus souffrir.
La jalousie tient d’abord au désir de posséder l’autre ; le jaloux ne veut pas qu’il lui échappe. Il a peur d'être trahis et cette peur l'habite entièrement. 

Derrière cette volonté d’emprise se cache un état de dépendance affective, étouffante et destructrice.


Quand il essayait de se justifier de ses crises de jalousie, il répétait que jamais il ne pourrait vivre sans son épouse, sous prétexte qu'il l'aime follement, alors que c'est l’idée de se retrouver seul qui le terrorise.
Le travail du thérapeute consiste alors à sortir le jaloux de cette relation fusionnelle en lui inculquant les principes de l’autonomie :  Il s’agit de lui apprendre à s’épanouir seul, sans que l’autre ne lui sert de substitut ou de tuteur. Il doit apprendre à avoir confiance en sa/son partenaire et donc en lui. Il doit apprendre à aimer tout simplement.

La fausseté du jugement : le paranoïaque suit sa propre logique, laquelle est basée sur une série d'interprétations fausses mais dont il est absolument convaincu. Il cherche d'ailleurs souvent à imposer ses opinions de manière tyrannique et intolérante à ses proches, convaincu que lui seul, sait ce qui est bien ou mauvais pour les autres.
Dans le délire, on retrouvera tous les caractères de la personnalité paranoïaque mais exacerbés avec souvent une froideur affective, un besoin de dépendance de l'autre envers lui, un entêtement irraisonné, des attitudes asociales et procédurières. C'est un adepte de la manipulation et du chantage.

Il s'agit de délire très argumenté, très solide, très convaincant mais avec une base de raisonnement fausse qu'il est inutile de mettre en doute.
Le paranoïaque étant en général très convaincant, il arrive parfois à enrôler où à convaincre des personnes fragiles et les enfants n'y coupent pas . Il ne supporte pas qu'on lui tienne tête et n'hésite pas à vous salir si cela est nécessaire à son image. Ne vous inquiétez pas il ne manque pas de ressource, pour vous détruire !