CATEGORIES

samedi 5 novembre 2011

NOS ANCETRES LES NEANDERTALIENS ET LES SAPIENS



Depuis la découverte  en 2002, d'un crâne fossile au Tchad, nos connaissances sont de nouveau bouleversées. ils pensent désormais, que le premier ancêtre de l'homme serait apparu, il y aurait 7 millions d'années.L'humanité a ainsi, subitement vieilli, de plus d'un million d'années. 
Le berceau supposé de l'humanité, jadis localisé dans une vallée d'Ethiopie, s'est également, déplacé de 2500 kilomètres à l'ouest.
Loin de la savane aride d'Afrique orientale qui ne serait plus aussi aride, les spécialistes situent notre cher berceau désormais, au coeur de l'Afrique, au Tchad. Pour avoir trouver un crâne, enfoui, il a 7 millions d'années, environ.
Il faut se contenter de cette théorie, car l'histoire ne nous dit pas si cet australopithéque, passait par là, si c'était un solitaire, un banni, ou si ce crâne fut transporté par les éléments, comme par exemple un déluge,fonte des neiges.
Le jour où, ils trouveront un crâne plus ancien, au pôle nord, notre berceau changera d'emplacement, obligatoirement.

Mais rien ne prouve que cette créature trapue et velue, mesurant 1,50 m environ, garni d'un cerveau de la taille d'un pamplemousse, était déjà un homnidé bipède.
Ce n'est peut-être que l'ancêtre lointain du gorille .
Cette lignée est-elle vraiment la plus ancienne ? - rien n'est certain, ce ne sont que des suppositions.

L'homme a besoin de savoir, coûte que coûte d'où il vient et surtout de quoi, il descend à défaut de savoir de qui !
Selon les travaux du biologiste moléculaire suédois Ulfur Arnason, il juge nécessaire de repenser entièrement l'horloge moléculaire fixée par les généticiens : les ossements vieux de 7 millions d'années auraient en réalité 14 millions d'années. Vous voyez, même sur la datation, les biologistes et les généticiens ne sont pas d'accord. Chacun date les évènements selon ses codes et ses valeurs et ceci vaut pour toutes les disciplines.
Chacun dans son coin, veut avoir raison et au diable la théorie de l'autre.Travailler de concerto est une tâche trop difficile, et par ailleurs, qui ramasserait les lauriers ? 

LA BELLE LUCIE
Pendant 25 ans, notre prétendue arrière, arrière,arrière grand maman, la belle  Lucy, exhumée en 1974 en Ethiopie, qui  aurait environ 4 Millions d'années, fut considérée , comme étant l'ancêtre de l'humanité.Aujourd'hui, plus de Lucy. C'était en vérité une grossière erreur d'observation.
Ce qui prouve que rien n'est définitif !. Mais pendant 25 ans, on nous a quant même, enseigné cet hérésie comme une vérité en soi. On a pas de preuve, mais on y croit !!!
On supposait - et la théorie de Darwin semblait le confirmer - une évolution allant de Lucy, en passant par l'Homo érectus, âgé d'environ 500.000 ans et voir même beaucoup plus, à l'Homo sapiens, qui lui serait un jeune homme âgé d'à peine de 200000 ans. Enfin, jusqu'à présent. Car, il est certainement deux fois plus ancien que cela.

TOUMAI, UNE ESPÈCE  ÉTEINTE .
Pourtant, différentes découvertes, notamment "Toumaî", étayent la thèse d'un " clan d'espèces" ou d'une espèce à part, comme les autres d'ailleurs.
A la différence de l'arbre généalogique, dont les chaînons relient les ancêtres de l'homme de manière linéaire. Toumaï prouve au moins une chose que l'évolution humaine n'est pas linéaire, sauf si celle-ci est volontairement cadrée et dirigée. Et si c'était le cas, nous serions, aujourd'hui, une bande de dégénérés, sans queue ni tête, pour être issus de croisement entre frères et soeurs.

L' ARBRE SYMBOLE DE L'HUMANITÉ
L'arbre, comporte de nombreuses branches, parallèles ou non, dont la plupart ne se ramifieront jamais. La théorie de Darwin prévoit, d'ailleurs ce cas de figure.
L'humanité est en fait un arbre, avec des branches qui se développeront d'un seul tenant, puis des branches qui auront des ramifications, des branches qui mourront peu à peu faute de sève, certaines branches seront coupées brutalement par le vent, un orage violant, la foudre,..,et d'autres pourriront à peine créées ou seront tordues. D'autres se croiseront, si l'on en croit la bible sumérienne.

En dépit de cela, depuis une centaine d'années, la science n'a eu de cesse de chercher le " chaînon manquant ". Quoi en virant Lucy de notre arbre généalogique, nous voilà avec deux gros trous à combler. Il faut bien qu'ils s'occupent et nourrissent leur passion.
Malheureusement, très peu de découvertes sont susceptibles d'éclairer significativement l'histoire de l'évolution humaine.  Cela reviendrait à vouloir expliquer l'histoire de l'Europe  à partir  d'une pièce de monnaie romaine. L'homme parait il descend ou serait cousin du singe, et pourquoi le singe ne descendrait il pas de l'homme ou du moins de nos ancêtres.Pourquoi, ne serait il pas le reliquat d'une manipulation génétique ou d'un croisement raté ?.

Pourtant, au fil des découvertes, une théorie s'est imposée qui remporte l'adhésion générale, quoi que certains détails soient l'objet de vives controverses.
Si jadis, le lien de parenté mis en évidence par Darwin , entre l'homme et le singe a choqué l'Eglise, il est à présent une vérité indiscutable, jusqu'à ce que l'on découvre d'autres preuves qui seraient plus flagrantes.
Rien ne prouve que l'on est abordé le problème dans le bon sens '' homme-singe ou singe homme ". 

Les protéines de l'homme sont à 98,7 % identiques à celles du chimpanzé. Oui mais voilà, le singe n'évolue pas depuis que le monde est monde. Est-ce le 2% qui fait toute la différence ?
Ces conclusions de la biologie contemporaine rendent justice soit disant  à Darwin, à titre posthume : sauf que Darwin n'a jamais dit que l'homme descendait du singe, mais pourrez provenir du même bain ou d'un même bouillon de culture et donc un même bain, une carotte reste une carotte. Sur ce point effectivement, nous pouvons prétendre être un cousin du chimpanzé ou du gorille, pour venir du même bouillon de culture. Pour le reste, il faut avouer que les ''cousins" ne font guère d'effort, depuis des milliers d'années pour se présenter sous un nouveau jour.
Il est également affirmé que l'humanité est née en Afrique, enfin pour l'instant, c'est une théorie qui sera un jour sera, peut-être, remise en cause.
L'humanité aurait conquis la planète par vagues de migration successives, comme le prouvent les quelques découvertes un peu partout dans le monde, les quelques crânes Néandertalien retrouvés, par-ci, par-là, à Java,à Pékin ou, ailleurs.
Reste à savoir si l'espèce humaine, version " moderne ", s'est affranchie du " patrimoine génétique " de ses ancêtres australopithéques ou l'a assimilé. A moins que nous n'ayons rien à voir, pour la moitié d'entre nous, nos similitudes génétiques sont peut-être, qu'un hasard.

La dernière étape décisive, fut l'apparition de l'intelligence et du langage, qui auraient  débuté, il y a plus de 100000 ans.Mais ce n'est encore qu'une théorie.

LA SCIENCE ET LA GÉNÉTIQUE
Cet homme dit moderne possède des caractéristiques identiques , quel que soit l'endroit où il vit sur la planète.
Allan Wilson, un chercheur américain, a effectué des recherches sur les mitochondries à partir d'informations génétiques héritées de la mère.
Les nombreux points communs découverts entre 6000 individus originaires de différentes régions du monde, lui ont permis d'affirmer en 1987 que ces " hommes modernes " descendraient d'une même aïeule, qui vivait, il y a environ plus de 200 000 ans. Reste à savoir si la descendance de cette glorieuse ancêtre fut croisée, un jour, avec des Anannuki. Toujours est il, nos origines ne peuvent dépendre que d'un chercheur, surtout en l'état actuel de nos connaissances scientifiques et génétique.

Steven Pinker, psychologue expérimentaliste et cogniticien, directeur du centre de neurobiologie cognitive du  Massachusetts Institute of Technology, Boston, soutient une théorie étonnante: "Prenez des nouveau-nés d'Asie, d'Australie, d'Europe et d'Afrique. Laissez-les grandir ailleurs, que dans leur pays d'origine, et vous verrez que chacun d'eux maîtrisera sans difficulté la langue parlée du pays d'adoption, apprendra à compter et à utiliser un ordinateur " . Voilà, effectivement une théorie ahurissante, une grande découverte qui mérite un prix de la découverte.
Il n'est pas seul à en déduire que l'homme " moderne " avait déjà achevé son évolution biologique, lorsqu'il quitta l'Afrique. Depuis, la taille du cerveau, comme les autres éléments physiologiques, n'ont guère changé.
Mais comment l'hominidé est-il devenu homme, alors que le singe, n'a pas évolué d'un yota ?
Où se situe le déclic ?
Manipulation génétique volontaire ou accidentelle ?
Avec la station debout, le recours aux outils, avec la maîtrise du feu, la découverte de l'art, à travers les peintures rupestres, ou bien le langage ? Pour le cogniticien, il n'y a pas l'ombre d'un doute : l'Homo érectus et l'Homo habilis maniaient déjà des outils et utilisaient le feu.
Mais  le langage n'a pu se développer, qu'à partir du moment où les hommes ont ressenti le besoin de communiquer, ou de se faire comprendre. Les grognements n'y suffisant plus. Un homnidé plus éveillé que les autres a- t- il eu soudainement, l'idée d'associer l'objet à un son et l'idée fit son chemin, ou quelqu'un l'a aidé ?

POURQUOI NOTRE CERVEAU S'EST IL DÉVELOPPÉ ?
Notre cerveau serait devenu plus volumineux, et se serait développé, peu à peu, au fil du temps . Ce qui est étonnant, la nature qui a horreur du vide, nous a doté de bien plus de neurones que nous n'en utilisons réellement, pourquoi ?
Actuellement, on pense que nos 100 milliards de cellules nerveuses, sont connectées les unes aux autres par plus de mille milliards de milliards de liaisons : un véritable réseau de télécommunication, dont on ignore la raison et le but. Que peut-on en déduire, que notre cerveau est prévu en raison d'un futur encore lointain ? Ou est il un reliquat d'un passé lointain où nous utilisions toutes nos capacités ?

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE
La Terre est actuellement dans une période glaciaire, appelée le Quaternaire, qui a commencé, il y a environ,
2 millions d’années. Malgré le grand nombre de périodes chaudes depuis lors, nous identifions toute la période comme une seule période glaciaire en raison de l’existence continue d’au moins une grande nappe glaciaire, comme celle de l’Antarctique. Les glaciers et la nappe glaciaire du Groenland sont plus récents.
Nous traversons une période de réchauffement planétaire, qui s'est enclenché, non pas il y a trente ans, mais il y a environ 11700 ans. 

POURQUOI LES NEANDERTALIENS ONT DISPARU
Les Néandertaliens auraient, selon des théories, pu continuer à vivre les mêmes territoires, si les homos sapiens n'avaient pas existé ou s'étaient tenus à l'écart.
Les Neandertaliens ont ils voulu défendre leur territoire ? Les Sapiens ont il eu le même comportement que les européens " américains et Espagnols", face aux Indiens d' Amérique ?.
Certains Néandertaliens se sont  liés obligatoirement avec des homo-Sapiens, surtout lorsque l'on voit les reconstitutions, quant d'autres moins évolués ou non, ont préféré s'exiler afin de ne pas perdre leur identité ou pour avoir été rejetés. On ne peut pas plaire à tout le monde !
Les néandertaliens du Sud l'Espagne auraient été les derniers survivants de leur espèce, dont l’expansion fut ralentie par une période très froide, au cours de laquelle les deux races auraient occupés des territoires distincts ; ce qui ne veut pas dire, qu'ils n'ont pas été en contact. Loin sans faut !

Les Néandertaliens n’expliquent nullement l’origine véritable du sapiens et son expansion rapide. Il manque un élément ou une page d'histoire.
Le Néandertalien, est reconnu comme le premier homme fossile, alors qu'il est juste différent de l'Homo sapiens, avec lequel, il a tout de même coexisté, pendant quelques milliers d’années. Sans oublier que bon nombre d'entre nous portons une part infime d'ADN.
C'est donc, que certains d'entre eux ont fini par s'accepter et par faire ami-ami, après avoir longtemps, vécu séparément dans des régions inconnues de l'autre peuple. A moins qu'il y ait un autre intervenant comme le disent si bien les Sumériens, car on ne sait pas d'où vient l'homo sapiens ou du moins de qu'elle région: Indus, Caucase, Sibérie, du kénya ou de Sumer.

Le corps du Néandertalien était identique à l’homme actuel. L'homme mesurait 1,65 m en moyenne mais des individus auraient atteint 1,90 m et pesait environ 90 kg et les femmes mesuraient environ 1,55 m pour environ 70 kg.
Une solide ossature et une large poitrine en faisait une force de la nature. Mais rien ne prouve que cette morphologie ne présentait pas des variantes comme aujourd'hui, plus fines pour les uns, ou plus grand pour les autres.
Les traits du Néandertalien étaient plus fins que chez l'Erectus : crâne plat, nez large, mâchoire et pommettes plus ou moins saillantes, front et menton fuyant, arcades sourcilières  plus ou moins développées selon les sujets.

LES NEANDERTALIENS : UNE CIVILISATION  AVANCÉE .
Le néandertalien avait un langage articulé et une ouië plus fine que celle du sapiens et que la notre.
Leur larynx était plus volumineux que celui du Sapien, le son  émis était donc très haut et plus aigüe que chez le sapiens. (Est-ce ce son qui était insupportable aux Anunakis ?). Ils maîtrisaient le feu, possédaient des parures et utilisaient des teintures colorantes, et vivaient de la cueillette, de la chasse et de la pêche.
Nomades, ils suivaient, les troupeaux  de mammouths, et d'autres troupeaux de vaches, rennes...lors des migrations.
Ils aménageaient des sépultures, pratiquaient le culte du crâne, siège de l'intelligence, de la mémoire, de la vie.
Ils disposaient des objets autour des crânes qu'ils vénéraient, lors de cérémonies. Ils dessinaient et gravaient sur des parois des symboles soient comme des repères, un signalement, ou pour informer un autre clan de leur passage....
Une flûte en os d’ours a été trouvée en Croatie, mais ce n'est pas une preuve suffisante, pour affirmer qu'elle appartenait à un Néandertalien et qu'il était musicien, mais je suis sûre qu'ils connaissaient des sons.
En théorie, il serait issu d'une branche latérale de l’arbre évolutif humain, dont la population s’est peu à peu éteinte sur quelques milliers d’années (leur trace se perd à Gibraltar) pour prendre fin, il y a environ 20000 ans, faute de sang nouveau, suite à des famines, maladies ou pour tout autre raison encore inconnue.
A moins, que la science actuelle, une fois de plus se trompe, d'autant plus lorsque l'on constate que leurs théories différent entre scientifiques. Autant dire,que l'on est pas prêt de savoir la vérité.

SI LE NEANDERTALIEN N'AVAIT JAMAIS DISPARU ? .
Certains prêchent, que leur disparition pourrait être due aux changements climatiques, à un nouvel environnement .
D'autres pensent que c'est dû à  la disparition des forêts, au manque de gibier, au matériel de chasse inadapté. Bref, ce peuple serait mort de faim : contrairement aux sapiens qui possédaient des javelots performants,  et qui maniaient déjà, la fronde. Mort de faim ? je n'en crois rien, comment peut-on mourir subitement de faim après avoir vécu des milliers d'années et affrontés tous les dangers et pour avoir aux supers volcans comme le Toba, il y a 70000 ans ? Et s'il n'avait en vérité, jamais disparu, mais peu à peu insérés dans les tribus de sapiens ?
Ils consommaient des fruits, des plantes, du poisson, des insectes, de petits animaux. Quant au mammouth ce n'était pas du tout leur aliment premier.
Ils le chassaient occasionnellement, pour sa fourrure et sa viande, mais cela devait être exceptionnel de part la taille de l'animal et son caractère,guère amical en cas de danger.Les mammouths leur ont survécu encore plus de 10000 ans.
Ils n’ont pas su assurer la survie de leur espèce en raison d’une natalité de plus en plus faible (consanguinité, stérilité, hygiène, maladies, mort accidentelle, froid, éruptions volcaniques, sécheresse..). Ils ont  été peut-être également victimes progressivement des Sapiens des maladies transmises par lui, ou simplement exterminés peu à peu,suite à des conflits. Puis peu à peu repoussés vers des contrées inhospitalières, tout comme le furent les Indiens d'Amérique et bien d'autres peuples africains par exemple,mêmes actuelles ?

Ils ont pu être victimes d'une catastrophe naturelle, d'un tremblement de terre ? 
Leur extinction, aurait débuté, il y a environ 30000 ans, pour laisser la place aux homos sapiens et après plus de 350.000 ans d’existence, pendant lesquels ils ont su affronter avec succès la rudesse de l’Europe glacée et bien d'autres souffrances climatiques. Quoi qu'il en soit nous portons leurs gênes et c'est pour cela qu'ils n'ont jamais disparus. Ils se sont simplement fondus avec les Sapiens pour donner naissance à une nouvelle humanité.



L'ADN RÉVÈLE UN MÉTISSAGE .
Selon l’analyse de brins d’ADN, en 1997, le métissage entre néandertaliens et sapiens était soit disant impossible, car ils étaient génétiquement très différents.
Cette analyse affirmait qu'ils n'avaient rien à voir avec nous, juste une branche de l'arbre ou une repousse qui avait fini par s'éteindre; Ce scoop m'a dérouté à l'époque, à cause des ressemblances étranges des Néandertaliens et des hommes d'aujourd'hui, que j'avais pu observé dans les musées, exposant les reproduction de nos ancêtres Néandertaliens. Alors qu'elle fut ma joie de découvrir que la science s'était encore plantée.
Les chercheurs découvrirent que des gènes inactifs de notre génome provenaient des Néandertaliens, bel et bien des Néandertaliens.
Cette nouvelle m'a fait plaisir, car la ressemblance était trop évidente. Les scientifiques ont la preuve que des gènes Néandertaliens, ainsi que ceux des Denisovans ont amélioré le système immunitaire des premières populations d’Europe, d’Asie et d'’Afrique. Et un gène, n'est transmis qu’en ayant des rapports sexuels, sauf miracle !. A moins que des Dieux ont mis leur grain de sel. Et si c'est le cas, c'est avec les néandertaliens ou des Denisovans et non avec les Erectus.
Des généticiens de Stanford ont comparé des gènes de l'homme actuel avec ceux de nos ancêtres. Et les résultats sont stupéfiants. Plus de la moitié des variantes des gènes HLA en Europe, et près de 70% en Asie, viennent de l’ADN des Néandertaliens ou des Denisovans.


UNE THÉORIE A NE PAS CRÉDITER IMMÉDIATEMENT
Selon certaines théories, des hommes modernes auraient quitté l’Europe et l’Asie, il y aurait plus de 12000 ans, pour retourner en Afrique où à la case départ.
Arrivés en Afrique, ce peuple venu par delà les mers auraient eux des relations avec les "Néandertaliens" Africains et auraient ainsi  mélangés et renforcés leurs gènes, renforçant ainsi leur système immunitaire commun. Vrai ou faux, à chacun sa théorie. Je dirai faux, quant-on dit par ailleurs, qu'ils auraient disparu il y a 25000 ans. De quel genre de Néandertaliens s'agit-il ? de la Branche Africaine ?

Les Homos sapiens seraient partis d’Afrique, il y aurait plus de 100000 ans, pour conquérir le monde, croisant leur génome avec ceux des Néandertaliens renforçant peu à peu, leur système immunitaire, résistant mieux aux maladies et parasites des continents qu'ils traversaient et découvraient, lors des migrations. Si vous arrivez à démêler le schmilblic, bravo ! . Quoi qu'il en soit, nous sommes tous un peu Néandertaliens .

Les chercheurs supposent que des artéfacts plus évolués, comme les outils en pierre, les dessins artistiques plus complets et détaillés, des bijoux plus travaillés, prouveraient que l'homo sapiens, par rapport aux capacités des Néandertaliens étaient plus imaginatifs à défaut d'être supérieurs.
Nous nous trouvons déjà, face à deux visions du monde : l'une naturelle et simple, l'autre matérialiste et sophistiquée.
Certains scientifiques disent que ces deux peuples copulaient au fil des rencontres, n'ayant pas l'instinct de propriété développé, tout comme aujourd'hui, chez des humains échangistes, zoophiles, et touti quanti !. En somme l'occasion faisait le laron, et rien n'a rien changé !.



DES PHOTOS ET DES PLANS 
POUR LES PASSIONNES
 DE L'AVENTURE HUMAINE