CATEGORIES

jeudi 29 septembre 2011

EXCALIBUR : PUISSANCE, HONNEUR ET COURAGE




EXCALIBUR signifie : foudre et, entaille violente.
L'épée est un symbole guerrier, de puissance, de justice, d'honneur, de vertu, et de bravoure. La paix par l'épée et par celui qui parvient à la sortir de la pierre, dont on extrait le fer, l'esprit forgé dans la matière. L'épée est comme la langue, le fléau de la balance. Elle est à double tranchant. Perfide, elle peut-être néfaste, sombre et mensongère. Bénéfique, elle tranche, pourfend l'obscurité, l'injustice, la malfaisance et l'ignorance. Elle maintient la paix et la justice. L'épée sépare le bien du mal et frappe le coupable.

C'est pourquoi Issâ est parfois, représenté avec une épée qui symbolise le verbe, la parole, la vérité.
Issâ est un guerrier, avec le verbe tranchant, des mots cinglants et un sens aiguë de la justice : la langue est pareille à l'épée, elle a deux tranchants, elle peut blesser comme un couteau ou consoler. L'épée sert à séparer le bon du mauvais, à réveiller les consciences, à tuer les vieilles croyances en se remettant en question. L'épée, c'est la "vérité" qui frappe ceux qui ne veulent pas l'entendre. La vérité est source de discordes et de conflits pour celui qui ne veut pas l'entendre et, pour lequel, il faut savoir trancher pour rétablir la paix. Issâ ou Jésus, lorsqu'il disait être venu ou né non pour amener la paix, mais la guerre, il s'agit d'une guerre intérieure à mener contre soi-même. Pour connaître les dieux ou la vérité, il faut se faire violence, se défaire de ses vieilles croyances et superstitions pour découvrir une autre réalité.

L'épée est le fruit du feu, de la lumière et de l'eau : forgée par le feu, elle est refroidie par l'eau qui la solidifie. L'alliance des contraires relative aux noces alchimiques...
EXCALIBUR, comme la croix et la langue, c'est la parole divine délivrée du mensonge qui embrume l'humanité, et la conduit au désastre. Elle agit aussi comme une borne magnétique, elle n'est pas plantée n'importe où, mais dans un lieu spécifique et privilégié comme dans un menhir.
C'est l' écuyer ou l'initié qui la libère, un homme simple, ni noble, ni chevalier, c'est pour ce dessein divin qu'il a été choisi. Devenir le souverain d'un royaume dévasté.

Un combat de réunification autour d'une bannière commune : la vérité et la justice. D'où l'idée d'une confrérie, le fleuron de la chevalerie, dont le rôle consisterait à gérer les affaires humaines, matérielles et spirituelles. Une assemblée de sages fédérée par l'élu couronné, le roi Arthur (Artos signifiant : ours), autour d'une table circulaire qui marque l'égalité de ses 12 chevaliers ou des 12 initiés présents.

Une représentation moyenâgeuse de la table ronde dans l'abbaye de Glastonburry évoque une horloge séparée en 12 fuseaux..12 fuseaux horaire de cinq minutes compte tenu que 12  x 5 = 60  c'est à dire une heure. Un tour complet du cadran; une révolution autour d'un axe invisible mais bien présent : Le point central universel et infini. La pointe du compas qui marque en définissant la circonférence du cercle qui l'entoure: Le Graal . Douze chevaliers initiés présent autour de la table d'un banquet zodiacal : la Table d’Émeraude ou d'Emrode.




Car, séparés par un espace, ces douze fuseaux dévoilent l'existence de douze autres fuseaux intercalaires comme les secondes fécondent les minutes pour... arriver à l'heure.
Pour mieux visualiser, il suffit d'imaginer un cercle de 24 fuseaux : 12 blancs et 12 noirs, comme un yin et yang en éventail... Douze chevaliers, douze signes du zodiaque, douze mois, douze apôtres, douze prophètes... 
12 est un multiple de 2, de 3, de 4, de 6 (ces quatre chiffres additionnés donnent 15; c'est à dire 1+5=6). 12 x 2 = 24 (2+4=6). 12 x 3 = 36 (6 x 6).
Sous une autre forme cabalistique qui additionne les chiffres énumérés dans l'ordre (par exemple : 5 = 1+2+3+4+5 = 15), 36 est égal à 666 l'honneur du chevalier est mise à l'épreuve du nombre de la bête, à l'épreuve face au mal.
Le nombre qui symbolise l'homme : 999 = 27 = 9 = 3 = Homme (corps+ conscience+ esprit ou âme ) : Tout est nombre comme le disait si bien Pythagore .




LA CHEVALERIE
Que se cache t-il derrière les mots : chevalier, roi, table, Graal ?  Le mot équîtes a été choisi par César pour désigner la classe guerrière Celtes, par opposition à la classe sacerdotale des druides. Terme qui symbolise parfaitement la nature et la fonction du chevalier : maîtriser sa monture, ou sa vie et son corps, c'est-à-dire maîtriser ses sens, ses pulsions, ses émotions, ses peurs, et garder son sang froid en toutes occasions, en faveur d'une allégeance à un ordre supérieur et noble. Admission dans une société d'élite ou aux ordres d'un chef extraordinaire, guide spirituel ou roi, la quête du chevalier participe à une entreprise au caractère moralement très élevée quant elle n'est pas carrément sacrée.

La chevalerie est une représentation universelle d'un idéal de loyauté spirituel, un engagement absolu contre la corruption et les traîtres. Elle s'inscrit dans une spiritualisation du combat qui met aux prise les forces de lumière (bien) à celles des ténèbres (mal). Ainsi, le patron des chevaliers n'est autre que l'Archange Saint Michel luttant contre le dragon tentateur. Le combat que doit mener tout homme entre le mal et le bien, entre sa bonne et sa mauvaise conscience. Il doit apprendre à repousser ses limites en se remettant en question. Vaincre ses vieux démons, ne pas se laisser séduire par de beaux rêves qui ne sont pas les siens ou par une idéologie né dans le cerveau d'une tiers personne, pour renaître de ses cendres.