CATEGORIES

dimanche 7 août 2011

LE PEUPLE PYGMEE EN VOIE D'EXTINCTION




Les populations autochtones de la République du Congo, communément appelées les pygmées, sont en danger d'extinction.
Jadis la population autochtone représentait 10 % de la population actuelle. Au dernier recensement de la population congolaise, celle-ci ne compte  plus que 43000 âmes, soit  2 % ,des 3,6 millions d'habitants au Congo.

Les pygmées furent surnommés ainsi, pour leur petite taille , entre 1,20 m et 1,50 m . Ces  hommes qui vivent sur ce territoire, depuis plus de 65000 ans, sont souvent marginalisés et discriminés par leurs cousins et voisins Bantous.

Lors d'une visite effectuée au Congo, l'hiver dernier, le rapporteur  de l'ONU, informe que les peuples autochtones au Congo vivent dans des conditions de marginalisation extrême.
Adoptée par les deux chambres du Parlement, fin 2010, la loi portant promotion et protection des droits des peuples autochtones en République du Congo a été promulguée par le président de la République en Février.

Cette loi vise à réparer les injustices et les inégalités dont sont victimes les autochtones, qui sont un peuple à part entière du Congo.
Avec cette loi, on doit cesser de désigner ce peuple, par le nom  pygmée, parce que c'est à la fois péjoratif et discriminatoire.
Le terme Bayaka est également utilisé pour désigner les Pygmées, terme qui se réfère au peuple, plus qu'à sa taille.

Ce peuple est composé de 12 tributs avec les Bantous , dont : Les Tumandwa, hommes à peau cuivrée, aux cheveux bouclés roux.
Les
Batwa, à la peau brune, et aux cheveux crépus.
Les Babongo ont une peau plus claire et des cheveux moins crépus.

Deux datations et 10000 ans d'écart
Les Bayaka et les Bantous ont une origine commune vieille de 70000 ans selon l'ADN mitochondrial, mais 60000 ans d'après une autre étude basée sur l'ADN nucléaire. Un écart  de datation de dix mille ans est énorme. Je pencherai davantage pour 70000 ans pour une simple raison, ils ont survécu certainement à l'explosion du super volcan de Sumatra, il y a 750000 ans qui éradiqua 96% de l'humanité.
La famine qui s'est déroulée sur plusieurs années provoqua une modification de leurs gènes. Depuis quelques années, les enfants mangeant mieux ont tendance à grandir.